Contexte



En Belgique en 2012, 4737 nouveaux cas de cancer de l'intestin ont été enregistrés chez les hommes et 3979 chez les femmes, tous âges confondus.


Source : Incidence Fact Sheets, Registre du Cancer, Année d'incidence 2012, Bruxelles 2015


En 2009, 1546 hommes et 1494 femmes en sont décédés.


Source : https://www.wiv-isp.be/Documents/RA%2013-14/ISP_Cancer_1106_FR_VALIDE.pdf


Le cancer de l'intestin est la deuxième cause de décès par cancer.


Le cancer se développe généralement à partir d'un polype (adénome). Enlever un polype (adénome) permet d'éviter son évolution vers un cancer.


Les polypes (adénomes) et les cancers débutants ne causent généralement pas de signe clinique (symptôme), ce qui retarde le diagnostic.


En conséquence, le taux de mortalité lié à ce cancer est élevé car le diagnostic et le traitement sont généralement réalisés à un stade avancé de la maladie.





Dépistage



Dépister un cancer, c'est rechercher sa présence chez des personnes qui ne présentent pas de signe de la maladie. Le dépistage a pour but de détecter le cancer et de le traiter au début de son évolution afin d'augmenter les chances de guérison.


Les cancers débutants et les polypes(adénomes) saignent par intermittence. Les saignements sont invisibles à l'œil nu. Le dépistage consiste à rechercher des traces de sang dans les selles.


Le dépistage permet de :

  • détecter les lésions cancéreuses débutantes. Quand le cancer est détecté tôt, les chances de guérison sont plus grandes et le traitement est moins lourd.

  • détecter et enlever les polypes (adénomes) afin d'éviter leur évolution vers un cancer.

Le dépistage du cancer colorectal présente des bénéfices mais aussi des effets indésirables.


Bénéfices attendus:
  1. Augmentation des chances de guérison grâce à une prise en charge de la maladie au début de son développement.

  2. Amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes d'un cancer intestin grâce à un traitement moins lourd.

  3. Dans la grande majorité des cas, savoir que tout va bien.

Effets indésirables:
  1. « Faux négatif » : le cancer existe mais il n'a pas été identifié,

  2. « Faux positif » : présence de sang dans les selles qui nécessite la réalisation d'examens complémentaires, mais qui n'est pas due à l'existence d'un cancer.





Dépistage organisé



Suite aux études qui ont démontré l'efficacité du dépistage du cancer colorectal pour réduire la mortalité liée à cette affection et sur base des recommandations du Rapport de l'Advisory Committee on Cancer Prevention, le Conseil de l'Union Européenne a recommandé aux Etats-Membres de mettre en place un programme organisé de dépistage du cancer colorectal, pour les femmes et les hommes de 50 à 74 ans.


L'organisation et l'évaluation du Programme sont définis dans les European guidelines for quality assurance in colorectal cancer screening.


En Wallonie et à Bruxelles, un Programme organisé de dépistage du cancer colorectal est opérationnel depuis mars 2009 pour la population âgée entre 50 et 74 ans en Wallonie et en Région de Bruxelles-Capitale.


--> En l'absence de facteurs de risque :
  • Réalisation d'un test de recherche de sang occulte dans les selles (Actuellement, le test utilisé est le test immunologique OC-Sensor® de la firme EIKEN CHEMICAL).

  • Ce test doit être réalisé tous les 2 ans.

--> En présence de facteurs de risque :
  • Coloscopie (examen endoscopique du colon).
    • Facteurs de risque :
      • antécédents personnels ou familiaux d'adénomes ou de cancers colorectaux.
      • maladie inflammatoire de l’intestin (rectocolite ulcéro-hémorragique, maladie de Crohn).
      • syndrome de LYNCH ou HNPCC.
      • Polypose Adénomateuse Familiale.




Pour qui ?



Pour toute personne âgée de 50 à 74 ans,

La participation au Programme de dépistage est recommandée tous les 2 ans :

  • soit à l'initiative du médecin généraliste,

  • soit à la demande de la personne à son médecin généraliste,

  • soit suite à la réception de la lettre d'invitation, accompagnée d'un dépliant d'information, qui est adressée personnellement,
    • soit, au courant du mois de l'anniversaire, c-à-d. en 2016 pour les personnes nées un jour impair, en 2017 pour les personnes nées un jour pair ;

    • soit 2 ans après le test FOBT précédent si celui-ci était négatif ;

    • soit 5 ans après une coloscopie négative.

Si vous n'avez jamais participé à ce dépistage :

  • Consultez votre médecin généraliste.


Si vous avez déjà participé à ce dépistage :

  • Pour autant que vous soyez toujours dans la tranche d'âge (entre 50 et 74 ans), un nouveau test de dépistage est envoyé automatiquement et gratuitement deux ans après la réalisation du test précédent s'il était négatif, ou cinq ans après une coloscopie négative (il ne faudra donc plus passer par le médecin traitant. Seul le résultat sera envoyé au médecin renseigné sur le document accompagnant le test).



Quel que soit l'âge, en cas de douleurs abdominales ou de symptômes particuliers (sang rouge ou noir dans les selles, diarrhée ou constipation inhabituelle, perte de poids inexpliquée), il est important de consulter le médecin généraliste.





Comment ?



Un dialogue avec un médecin, permet d'orienter les personnes vers le type de dépistage le plus adapté à leur situation.


--> En l'absence de facteurs de risque : Test immunologique

Le test immunologique OC-Sensor® de la firme EIKEN CHEMICAL est un test de recherche de sang dans les selles, spécifique de l’hémoglobine humaine, à faire chez soi et simple à réaliser. Il permet de détecter des traces de sang invisibles à l'oeil nu. Ces traces de sang peuvent être dues à plusieurs causes : un polype (adénome), un cancer débutant, ou encore d'autres affections de l'intestin.

Mode d'emploi



 Ce test de dépistage gratuit est disponible chez le médecin généraliste. Seule la consultation est à payer






Quels peuvent-être les résultats ?



Dans environ 93 % des cas, le test ne montre pas de trace de sang dans les selles, on dit que le test est négatif. Un nouveau test sera envoyé automatiquement deux ans plus tard au domicile de la personne pour autant que cette personne soit toujours dans la tranche d'âge entre 50 et 74 ans.


  • Cependant, en cas de survenue de douleurs abdominales inhabituelles ou des symptômes particuliers (sang rouge ou noir dans les selles, diarrhée ou constipation inhabituelle, perte de poids inexpliquée), il est important de consulter le médecin généraliste.


Dans environ 7 % des cas, le test montre la présence de traces de sang, on dit que le test est positif. Il faudra faire une coloscopie afin de rechercher la cause du saignement.



  Cet examen complémentaire n'est pas gratuit, mais la mutuelle le remboursera en grande partie.

  • Dans la majorité des cas, les résultats de la coloscopie montrent qu'il n'y a pas de polype (adénome), ni de cancer. On dit que la coloscopie est négative et un nouveau test sera envoyé automatiquement cinq ans plus tard au domicile de la personne pour autant que cette personne soit toujours dans la tranche d’âge entre 50 et 74 ans.

    S'il devait y avoir un polype (adénome), il sera enlevé lors de la coloscopie. On évite ainsi son évolution éventuelle vers un cancer.

    Plus rarement, un cancer est déjà présent. Il est le plus souvent au début de son développement, ce qui permet un traitement moins lourd et augmente les chances de guérison.
--> En présence de facteurs de risque : Coloscopie d'emblée






cocof region wallonne ssmg generaliste question registre fmm ima

Editeur responsable : CCR asbl, n° entreprise BE 0478.939.973    | Contact | Vie Privée | Plan du site |     Mise à jour : mars 2016